Sweet Cream School
Le forum est actuellement en construction, les inscriptions ne sont pour le moment pas permises alors revenez nous rendre visite plus tard! Merci d'avoir visité notre forum et à très bientôt sur Sweet!

Sweet Cream School

Forum Yaoi NC-17
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kälte Wynn

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 35
Localisation : Dans le congélo, les glaçons, ca fond

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Professeur de maintien dans une académie de dépravés *soupire*
Amoureux et en couple avec...: *regarde un éléphant rose à cul rouge voletter devant cette même fenêtre*
Caractère (résumé):

MessageSujet: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Ven 13 Mai - 15:11

(C’est court, c’est le début =D)

Kälte poussa doucement la porte de la boutique. Une odeur florale, et une sensation d’humidité assaillirent son visage, alors que le tintement clair et cristallin d’une clochette se faisait entendre. Il faisait très humide, un petit peu frais également, dans la pièce. Un sourire, très discret, nous parlons de Kälte après tout, étira ses traits alors que ses yeux se posaient sur l’armée de fleurs l’entourant. Kälte avait toujours aimé se rendre chez un fleuriste. Non pas parce qu’il était un fanatique forcené des fleurs et des tiges, il n’était pas chlorophylle, mais plutôt parce qu’il appréciait la beauté sous toutes ses formes. Et il aimait toujours lorsque beauté s’alliait avec odeur agréable.

Il balaya la pièce du regard, mais ne vit personne. Le fleuriste, ou la fleuriste, ne devait pas être encore là. Qu’à cela ne tienne, il pouvait en profiter pour regarder, du coup. La curiosité de l’Homme est sans précédent, et celle de Kälte, même si il la réfrène bien, ne fait pas exception à la règle. Ainsi, voilà que le professeur furetait, observait, analysait, souriait beaucoup aussi en découvrant des arrangements qu’il ne connaissait pas, caressant parfois du bout des doigts les pétales pour en éprouver la douceur…

La découverte d’un rosier en pot, très petit mais généreux en fleurs bleues accrocha d’ailleurs son regard. Au terme d’une immense réflexion de trois secondes, il choisit de le prendre pour lui.

Mais qu’est ce qu’il pouvait bien foutre là, le prof ? Et bien il s’était réveillé ce matin (si, je vous jure), et, après avoir observé la pièce tout en grattouillant distraitement entre les oreilles de son chat, il s’était rendu compte que sa chambre, elle faisait peine à voir. Tout parfaitement rangé, une pille de livres sur la table de nuit, et rien d’autre. Se disant que c’était avec un environnement pareil qu’il se débrouillait pour être morose, il avait alors décidé de se prendre en main et tuer un peu son porte monnaie pour son bien être personnel qui, au bout de six ans de grisaille, était en train de péricliter.

_________________

Une chose facile à avoir en décembre,
c'est du sang-froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eden-gakuen.forumactif.com
Sven K. Hëuhl

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 25/11/2010
Age : 35
Localisation : Dans son appart'.

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Fleuriste (ne riez pas !)
Amoureux et en couple avec...: Personne.
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Ven 13 Mai - 15:51

(de même ^^)

Ce matin, Sven avait dû se lever tôt, faute à la livraison de sublimes roses, initialement commandées par un client régulier. Mais comme elles lui avaient plu, il avait décidé d’en prendre un peu plus pour les vendre. Tout était bon pour faire du bénéfice. Malheureusement, n’étant pas du matin, il avait fini par se rendormir involontairement après avoir échoué à avaler quoi que ce soit pour son petit-déjeuner. Ce fut le petit carillon de la porte annonçant la venue d’un client qui le tira de son léger sommeil. Un rapide coup d’œil vers l’horloge, et un petit grognement lui échappa. Avait-il donc dormi si longtemps ? Sa matinée d’ouverture venait de s’envoler, malheur, heureusement que rares étaient les acheteurs venant aux aurores. La plupart préféraient l’après-midi, heureusement pour lui.

Le fleuriste bailla et s’étira avant de rejoindre sa boutique dans laquelle l’attendait un nouveau venu. Essayant de ne pas paraître trop endormi, il fit de son mieux pour afficher une expression tout sourire d’un être humain énergique, de bonne humeur, frais et dispo. Même si en vérité, il était encore complètement dans le gaz. Plus pour longtemps heureusement. Se donnant des gifles mentales, il vint s’adresser à son client.

- Bonjour bonjour, que puis-je pour vous ? Nous avons reçu ce matin un superbe arrivage de rosiers en pot, si cela vous intéresse.

Ce fut seulement à ce moment-là que Sven remarqua que le porte-monnaie à patte semblait justement observer lesdites fleurs. Un bon choix, au moins le sacrifice de son sommeil n’aurait pas été vain si cette gentille personne se décidait à en acheter un. Le tout restait d’être persuasif si jamais le client émettait des doutes. Toute une tactique. Le paraplégique continuait de sourire inlassablement, et pour peu de petites étoiles de joie, d’amour et de fraicheur auraient pu apparaître autour de son visage rayonnant de bonté. Bonté illusoire bien sûr, tout ce qui importait était de vendre, et pour ça, tous les moyens étaient bons. Mais le paraplégique n’en était pas encore là, il se devait déjà de savoir ce que désirait son client, et le conseiller si besoin avant de le faire passer à la caisse.

Ah, oui, et donner les conseils d’entretien. Il ne comptait plus le nombre de personne qui laissaient leurs plantes les plus sensibles cramer au soleil en plein été avant de se plaindre de la mauvaise qualité de la marchandise. Ou encore ceux qui étaient persuadés qu’une fleur, si elle n’était pas vendue dans un verre d’eau, c’est qu’elle n’avait pas besoin de vase. Ou pire, ceux qui pensaient dur comme fer que tous les végétaux se noient sous dix litres d’eau par jour. Sven n’était pas particulière fan des fleurs malgré son métier, mais il y avait clairement des limites à la maltraitance de ces pauvres petites choses. Ainsi avait-il monté pour lui-même la Ligue Anti-Chloroterroristes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kälte Wynn

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 35
Localisation : Dans le congélo, les glaçons, ca fond

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Professeur de maintien dans une académie de dépravés *soupire*
Amoureux et en couple avec...: *regarde un éléphant rose à cul rouge voletter devant cette même fenêtre*
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Ven 13 Mai - 16:09

Un bruit de fauteuil roulant avait fini par le tirer de sa contemplation, ainsi ne fut-il pas surprit de l'arrivée du fleuriste dans la pièce, même si, il faut bien l'avouer, au tout début, il s'était demandé si c'était bien lui le gérant de la boutique. Non, il n'y a pas le moindre préjugé envers les personnes handicapées, au contraire, elles ont tout son respect, mais il voit plutôt l'aspect pratique: dans ce genre de métiers, on fait que aller et venir, et pour peu que les pots soient placés sur une étagère, c'est tout de suite la merde à attraper et ranger. Et en cela, il ne pouvait donc s'empêcher de se poser la question.

Mais il était de bonne humeur, et avait fait attention à ne rien montrer d'autre qu'un sourire amusé en constatant la marque d'un coussin ou d'une manche sur le visage du jeune homme qui cependant à la voix semblait réveillé, tant qu'on ne s'arrêtait pas sur la lueur éteinte qui n'éclairait pas son visage. Son sourire amusé se fit un peu plus poli tandis qu'il inclinait la tête dans sa direction en guise de salut.

- Je crois qu'ils m'intéressent, oui...

On a tous le droit de s'amuser un petit peu, et surtout de tout. Montrant le rosier en question qu'il tenait, il risqua un regard à tous les autres, et eut un nouveau pincement. Les jaunes avec un coeur carmin étaient magnifiques, elles aussi. Alalalalah, Kälte dans un magasin, il s'y rend tellement souvent que du coup, on croirait voir une mégère pleine de sous un matin de soldes. Il ne sais plus où donner de la tête, est tenté de tout acheter, tout en sachant qu'il ne pourra jamais tout acheter.

- En fait, j'aurais besoin de conseils, je pense.

Il ne pensait pas le moins du monde, il en était même certain. Kälte et les fleurs, c'est aussi proche que Kälte et la débauche d'alcool et de sexe. Il en connaît les bases, mais dès qu'on entre dans le domaine de la pratique, il n'y a plus personne du tout. Histoire de lui éviter de s'embêter à bouger, il se rapprocha du fleuriste et posa le pot qu'il tenait à la main (logique, certes) sur le comptoir, dans le doute où il le prendrait. On verrait après réception de conseils.

- Je cherche des plantes pour décorer. Si possible des plantes qui durent le plus longtemps possible, et sans un entretient très consciencieux...

Tête en l'air comme il était, il savait que entre son boulot et ses grands accès de flemme, il valait mieux qu'il ait une guerrière, une fière combattante, une chuk noris chlorophilienne, bref, une robuste, et de préférence jolie.

- Vous auriez des orchidées?

C'était parmi ses fleurs préférées, et elles avaient en prime le mérite de refleurir chaque année, et, en fonction de l'espèce, à n'avoir besoin d'eau que une fois par semaine. Bref, tout ce qu'il faut pour lui.

_________________

Une chose facile à avoir en décembre,
c'est du sang-froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eden-gakuen.forumactif.com
Sven K. Hëuhl

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 25/11/2010
Age : 35
Localisation : Dans son appart'.

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Fleuriste (ne riez pas !)
Amoureux et en couple avec...: Personne.
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Sam 14 Mai - 15:00

Ahah, le client posait le joli pot de fleur sur le comptoir, victoire ! Un pas de plus vers l’ouverture du portefeuille, la sortie de la carte bleue, le tintement de la petite monnaie … Bref, vers l’enrichissement à petit pas. Sven continuait d’offrir son plus beau sourire au pécule à patte qui lui demandait conseil pour des plantes longues durées et faciles d’entretien. Il voyait le tableau venir à vitesse grand V. Homme célibataire ayant tout sauf la main verte, accessoirement tête en l’air et/ou abruti sur les bords, pas fichu d’arroser sa compagne à pétales tous les quatre matins. Bien. Pour la survie de l’espèce, il était temps de mettre son savoir à profit.

- Le bonsaï. Même ma sœur qui fait mourir toutes les plantes en moins de trois jours sans exception à réussi à faire survivre son bonsaï. C’est un arbre robuste, et quand on est pas doué avec la nature, il suffit de l’arroser tous les trous ou quatre jours. Le cactus aussi c’est pas trop mal. On l’arrose une fois par semaine voir un peu plus et terminé. L’idéal pour ceux qui oublient leur tête sur l’oreiller.

Bien sûr il en existait d’autre, mais c’étaient les premiers à lui venir en mémoire pour le moment. En plus ces petites choses avaient le mérite d’être sobres et de vivre longtemps. Parfait pour la décoration du genre zen à n’en pas douter. Maintenant, il fallait s’intéresser à la seconde question.

- Oui, j’ai des orchidées. Pas énormément, mais quand même. Elles sont sur l’étagère, là-haut.

Oui, l’étagère, le pire cauchemar du paraplégique. Il n’en avait que deux dans sa boutique, mais c’était deux de trop. Marre de tendre les bras à se les arracher du reste du corps pour saisir une maudite fleur dont le pot va finir renverser sur ses genoux à tous les coups parce que, forcément, quand on déteste quelque chose, on a généralement la poisse avec. C’est pour ça que l’arachnophobe voit toutes les araignées du coin et pourquoi le claustrophobe, par un malheureux concours de circonstances, réussi à se faire enfermer on ne sait où.

Donc, autant de monter au client bénéficiant de ses jambes en parfait état de fonctionnement et donc par extension de plusieurs bons centimètres supplémentaires, d’aller chercher lui-même les plantes ayant élu résidence sur la maudite étagère qu’il rêvait de voir brûler un beau matin. Ce que conseiller était dur quand on venait de se réveiller. D’ailleurs, il ne pu réprimer un bâillement, suite auquel il s’excusa. Dur vie cruelle avec sa personne. Surtout depuis qu’on lui avait refourgué son handicap, en fait. Ah, belle époque où il gambadait dans les champs, nu, cheveux au vent, telle la petite maison dans la prairie des nudistes … Ahurm, non, pas ça en fait. Enfin dans tous les cas, ça le manquait de narguer l’étagère en lui faisant comprendre qu’elle ne l’effrayait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kälte Wynn

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 35
Localisation : Dans le congélo, les glaçons, ca fond

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Professeur de maintien dans une académie de dépravés *soupire*
Amoureux et en couple avec...: *regarde un éléphant rose à cul rouge voletter devant cette même fenêtre*
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Dim 15 Mai - 6:55

Kälte avait noté les informations données dans un coin de sa tête, et avait hoché la tête. Le sourire commercial du vendeur le dérangeait légèrement, comme tous les vendeurs en réalité, mais ce n'était pas motif pour le juger, et encore moins pour partir le plus vite possible. Il faisait son boulot, et à voir sa boutique et son organisation, il le faisait bien en prime. Nulle raison, donc. Mais le professeur eût préféré un petit peu plus de naturel, de spontanéité. A vivre dans un environnement où il faut toujours se cacher derrière un masque pour ne pas faire honte à sa famille, et surtout ne révéler aucune information importante, on en vient à désespérer de voir les gens comme ils le sont réellement.

Enfin, il avait profité de quelques secondes de réflexion, mettant en commun ce qu'il savait, et ce qu'il voulait.

- Bonzaï, ca pourrait être intéressant. Seulement, je n'ai nulle part où le planter, et les bonzaïs en terre sont fragiles et ont besoin de beaucoup d'entretien. Et je n'ai pas la moindre notion ni compétence pour le faire, et ca me ferait mal au coeur de le laisser crever dans un coin.

Ce n'est pas parce qu'il n'est pas foutu de se souvenir d'arroser ses plantes qu'il est une tâche intersidérale dans la connaissance théorique des plantes. Pour les bonzaïs, pour ce qu'il en savait, c'était que, quand c'était correctement coupé et arrosé, c'était increvable. Quand c'était mal coupé, ca devenait moche, et aussi fragile qu'une grand mère neurasthénique. Kälte n'ayant strictement personne dans son entourage direct à cause d'une peur des gens et d'une timidité maladive, il avait la fâcheuse tendance à s'attacher à tout ce qui dépassait sa barrière anti-êtres vivants, humains, animaux ou végétaux. Côté humains, il n'y en avait qu'un seul pour le moment, et il ne savait toujours pas par quel miracle ca avait pu se faire, côté animaux, une, Josephine, une chatte qui avait décrété que le professeur serait son esclave attitré à partir de maintenant. Avec une telle présence, on devine qu'il vive mal la disparition de n'importe quoi s'ajoutant à ce désert relationnel.

- Et concernant les cactus... J'ai surtout besoin de couleur, en fait.

Il n'aimait pas leur aspect piquant et dénué. Il avait parfois l'impression de se revoir lui-même, ce qui lui rappelait à quel point il allait finir ses jours totalement seul, sans amis, encore moins amour, de tout manière la perte de William restait marquée au fer rouge en lui, et probablement sans futur. Puisqu'on lui avait montré les orchidées, il était allé les voir. Se doutant que le type aux cheveux violets allait avoir du mal à les chopper, il avait prit les devants, et son choix se porta sur une de ces espèces aux fleurs multiples aux pétales blanches, légèrement jaunes sur les bords et au cœur piqueté de rouge carmin. Voyant qu'il y avait un chiffon juste à côté, il en profita également pour passer un petit coup avec sur l'étagère histoire d'en dégager la poussière qui avait décidé de s'y poser. Rendre service n'apporte rien, mais parfois on a pas besoin de tout faire en pensant à son profit personnel uniquement. Doucement, il reposa l'orchidée avec délicatesse. Kälte n'aime pas abîmer ce qui est beau.

Son regard croisa une brassée d'amaryllis, et on put alors le voir sourire. Contrairement aux autres, c'était un sourire sincère, qui n'était plus poli ou glacial. Un vrai sourire. A la différence qu'il ne respirait pas le bonheur, mais plutôt la peine, un manque certain, et une mélancolie aussi blessante que son manque pouvait être fort. Les amaryllis étaient les fleurs préférées de William. Si seulement ses yeux n'avaient pas été irrémédiablement secs, on aurait presque pu croire qu'il pleurait.

- Rassurez moi... Elles n'attirent pas les chats?

Il avait préféré se concentrer sur son rosier en pot et sur son orchidée. Si il pensait trop à Will, il allait être tenté de se tailler les poignets pour pouvoir enfin extérioriser cette douleur qui lui déchirait la poitrine sans qu'il parvienne à l'exprimer. Il avait perdu la clé de son cœur en même temps que son homme.

_________________

Une chose facile à avoir en décembre,
c'est du sang-froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eden-gakuen.forumactif.com
Sven K. Hëuhl

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 25/11/2010
Age : 35
Localisation : Dans son appart'.

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Fleuriste (ne riez pas !)
Amoureux et en couple avec...: Personne.
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Mar 17 Mai - 21:16

Bon c’était pas tout, mais cette conversation commençait à lui donner mal à la tête. Pas que c’était spécialement compliqué ou recherché, mais Sven avait beau être fleuriste, il n’avait jamais aimé les fleurs, aussi discuter longuement de ça dès le réveil, ce n’était pas forcément ce qu’il y avait de plus plaisant. Quelle idée avait-il de devenir fleuriste. Cela ne lui avait attiré que des ennuis. En tête de liste, un amant, devenu son unique amour, et un malheureux incident le privant de ses jambes. Il aurait dû plutôt s’isoler en Alaska, quelque chose du genre. Ou en Amazonie. Vivre nu, tout juste vêtu d’une peau de bête, accompagné de son fidèle arc à traquer les bêtes et cueillir des fruits avant de danser autour du feu. Oui, vraiment, cela aurait été moins dangereux. Les tigres, contrairement à la poisse, ça se dompte.

Soit, le bonzaï ne plaisait pas, dommage. Là à moins d’être un parfait abruti, c’était IMPOSSIBLE qu’il meurt. Il refusait simplement de croire qu’on pouvait tuer un bonzaï. Ces bestioles étaient des végétaux de compétition, des monstres de leur catégorie. Au lieu d’offrir des roses à la Saint-Valentin, on devrait offrir des bonzaï, ça symboliserait déjà mille fois mieux un amour éternel. La rose, trois jours après, elle est déjà fanée. Pas joli-joli pour l’image du couple, le mec qui offre ça à sa copine c’est un peu genre « bonjour chérie, tu es superbe aujourd’hui mais d’ici quelques années tu seras une vieille décrépie et je te quitterai ! ».

Et pas de cactus non plus. Dommage, il aurait essayé. Après, une question déjà plus technique vu le jour, laissant le paraplégique … Pantois. Les orchidées attiraient-elles les chats ? Instinctivement, il aurait dit non, mais là, gros doute. Il était vrai que ces petites choses avaient des tendances bouffe-tout, surtout quand c’est vert et rempli de chlorophylle. Mais dans ses souvenirs, il n’avait jamais reçu de plainte comme quoi le matou d’un client avait réduit sa jolie plante en bouillie. Dans le doute, il fallait consulter le sacro-saint et ô combien tout-puissant livre avec pleiiiiiiin d’informations sur plein de jolies fleurs. L’arme fatale et le meilleur compagnon de tout fleuriste qui se respecte. Règle numéro un, dans le doute, se référer à sa Bible. Règle numéro 2, si sa Bible n’a pas la réponse, la brûler et en acheter une nouvelle, plus complète.

- Alors alors … Pas là pas là pas là pas là pas là … Ah ! Déjà, ce n’est pas toxique pour le divin maître de la demeure. Ensuite, ça n’attire pas plus les chats qu’une autre plante, tout dépend du caractère de la bête. Un peu d’éducation et la fleur ne devrait pas y laisser ses pétales je dirais. J’ai jamais eu de chat, je peux pas vraiment parler d’expérience.

Pas que Sven n’aimait pas les animaux, mais son défunt petit ami était allergique, et dans sa condition actuelle, s’occuper d’un félin n’était pas forcément des plus aisés. Et puis, l’idée de retrouver un beau matin sa boutique saccagée par des griffes et des crocs indésirables, ce n’était juste pas envisageable. Sven alla reposer son gros bouquin dont, pour une fois heureusement, il ne pouvait ressentir le poids sur ses genoux. Son handicape devait bien avoir des avantages, de temps à autre. Il s’étira, bras vers le ciel, ignorant le fait que cela pouvait être impoli, et se tourna à nouveau vers son client, qui, vraisemblablement, lui, avait un chat.

- Vous avez du courage de vous occuper d’un fauve. D’autres questions ?

Parce que oui, plus vite ce client serait expédié, plus vite il pourrait accourir vers son repas. L’air de rien, il mourait de faim.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kälte Wynn

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 35
Localisation : Dans le congélo, les glaçons, ca fond

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Professeur de maintien dans une académie de dépravés *soupire*
Amoureux et en couple avec...: *regarde un éléphant rose à cul rouge voletter devant cette même fenêtre*
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Mer 18 Mai - 21:05

Kälte avait pu admirer le tank, la bible, le seigneur incontesté de celui qui cherche des réponses, bref, le traité qui fait peur sur l’art des plantes et de s’en occuper. Respectueux de cet art délicat et pourtant parfois fort utile, il l’avait donc regardé chercher, sagement, attendant que la divine lumière de la connaissance lui tombe enfin dessus, et qu’il puisse alors savoir si cette orchidée, fort plaisante au demeurant, pourrait se rendre dans les hospices de sa chambre sans risques majeurs de voir son existence, théoriquement sur la longue duré et, puisqu’on parle d’orchidée, se terminer au bout de trois jours de carnage et de meurtres de tout ordre.

La réponse était venue. Son orchidée devrait survivre. Amen, mes chers, amen. Un sourire amusé étira ses traits alors qu’il hochait la tête.

- C’est elle qui me possède.

Un jour, il s’était réveillé avec un chat lui dormant sur la poitrine, et qui était entré parce que la fenêtre était ouverte. Il avait beau être sauvage, le chat en question avait décrété que l’habitant de cette chambre serait à présent son esclave, et son maître câlineur attitré, et il n’avait encore jusqu’à présent jamais réussit à se dépêtrer de cette possession.
Ayant enfin eu tout ce qu’il voulait, et connu tout ce qu’il avait à connaître, il sourit à nouveau, toujours avec son air tranquille et poli, tandis qu’il sortait du porte monnaie la somme nécessaire, avec un généreux pourboire au passage. Kälte n’ayant pas de dépenses à faire pour le logement et la nourriture, il avait de l’argent à revendre, en plus de celui du padre. Donc quand quelqu’un s’était montré poli et efficace, il estimait de bon ton que de lui donner un petit extra.

- Au fait, concernant l’entretien, il faut les arroser combien de fois par semaines, ces deux là ?

On allait tout de même pas laisser les deux crever de soif, ou au contraire les gaver d’eau à les en faire pourir.

_________________

Une chose facile à avoir en décembre,
c'est du sang-froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eden-gakuen.forumactif.com
Sven K. Hëuhl

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 25/11/2010
Age : 35
Localisation : Dans son appart'.

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Fleuriste (ne riez pas !)
Amoureux et en couple avec...: Personne.
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Mer 1 Juin - 15:07

Ah, ainsi donc le client était sous les ordres de sa bête à poil, à griffes, à crocs et à caractère mesquin. C’était une manière comme une autre d’entretenir une relation maître-animal. Restait à voir qui était le maître et qui était l’animal. D’où l’intérêt des plantes en fait. Ces dernières étant dénuée de cerveau, de conscience, bref d’un truc permettant de réfléchir à degré plus ou moins élevé, il n’y avait pas place à la soumission, la rébellion ou le règne de la terreur. Mieux, ces petits végétaux fétiches avare d’eau fraiche, de terre et de soleil était entièrement dépendantes de la toute-puissante main de l’homme, et ne demandaient qu’à recevoir tout l’amour de ce dernier venant lui tenir la feuille et lui conter fleurette un beau jour d’été. Voilà pourquoi Sven ne voulait aucun animal chez lui : c’était beaucoup trop … « vivant » à son goût, comparé à une plante en pot tout ce qu’il y a de plus immobile. Il ne put toutefois s’empêcher de sourire et de commenter.

- Vous avez alors d’autant plus de mérite. J’aime les animaux, mais uniquement chez les autres. Je leur préfère de loin l’entretien d’une jolie fleur.

Et pourtant, il n’aimait pas excessivement ça, les fleurs. Suivant son généreux client, il commençait tout de même à se demander au vu de ses multiples questions s’il avait déjà entretenu un quelconque végétal. Sven commençait à en douter. Il n’y avait pas un parent, une sœur, une grand-mère, un ami, une petite-ami, n’importe quoi qui aurait pu lui donner des conseils avant de venir sur « quoi acheter pour décorer son intérieur » ? Plutôt qu’une réponse qui risquait vite d’être oubliée, le paraplégique sortit un bout de papier blanc et un stylo noir du tiroir magique et commença à rédiger quelques instructions pour les beautés que son client allait ramener chez lui. En essayant d’être lisible, là était le plus dur en fait. Il n’était pas rare qu’on dise de lui qu’il possédait une véritable écriture de médecin. La tâche accomplie, il tendit la feuille en direction de l’autre homme.

- Tout de noté. Ce n’est pas bien compliqué, mais comme on peut parfois oublié, c’est mieux d’avoir tout d’écrit plutôt que dans la tête. D’ailleurs en parlant de tête, plus je vous regarde et plus j’ai l’impression de vous avoir déjà croisé quelque part.

Ce n’était pas improbable, mais cela titillait quand même le fleuriste. Il ne connaissait pas du tout l’individu, mais il était convaincu de l’avoir déjà croisé au détour d’une rue. Foi de demi-ermite au cerveau enduit de chlorophylle !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kälte Wynn

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 35
Localisation : Dans le congélo, les glaçons, ca fond

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Professeur de maintien dans une académie de dépravés *soupire*
Amoureux et en couple avec...: *regarde un éléphant rose à cul rouge voletter devant cette même fenêtre*
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   Mar 7 Juin - 7:15

Un léger rire avait échappé au professeur en l’entendant ainsi parler des animaux, et leur comparaison aux fleurs. Ainsi il préférait les plantes. Pour sa part, il préférait les chats, mais surtout parce que sa Joséphine lui apportait la dose d’affection qu’il ne pouvait pas avoir ailleurs, et que, même si ce n’était qu’un animal, elle lui permettait quand même de ne pas irrémédiablement sombrer du côté des asociaux primaires.

- Ma chatte a le mérite de mettre un peu d’animation chez moi. Parfois, j’arrive à me déprimer tout seul en restant dans ma chambre.

Ce qui n’était pas totalement faux, parce que vivre dans ce qui pourrait être une chambre d’hôtel tellement c’est impersonnel, ca a de quoi vous refiler une dépression en moins de deux, et Kälte en sortait de dépression, alors si il pouvait ne pas y ressombrer, ca lui ferait énormément plaisir. Et énormément de bien accessoirement. Il le regarda écrire tout ca, intérieurement, il se dit que c’était une excellente initiative. Non pas qu’il soit un soupçon tête en l’air sur les bords, mais oui, totalement, et quitte à acheter une plante, autant que ce soit pour qu’elle dure un minimum. Ca serait un peu jeter de l’argent par les fenêtres que de la laisser crever, et puis il prendrait un coup au moral de faire crever quelque chose.

Inclinant la tête en guise de remerciement, il avait alors récupéré le papier, l’avait parcouru rapidement du regard, puis l’avait rangé dans sa poche avec les clés et le porte monnaie qui dormaient déjà dedans.

Par contre, son interrogation subite lui fit arquer les sourcils. Est-ce qu’il l’avait déjà vu quelque part…

- Ma foi… Je ne suis là que depuis moins d’un an, vous ne pouvez donc pas déjà être un de mes anciens élèves… Et puis je pense que je me serais souvenu de vos cheveux si je vous avait croisé.

Un paraplégique en chaise roulante, on a tout de même tendance à s’en souvenir. Sauf qu’il pensait bienséant de ne pas le lancer sur son infirmité, il y a des personnes qui la vivent bien moins positivement que d’autres.

- Mais en même temps, j’ai une mémoire lamentable en matière de personnes et de visages, donc tout est possible.

Kälte est parfaitement capable de passer à côté d’un de ses élèves dans la rue sans le reconnaître. C’est dramatique, mais c’est ainsi.

_________________

Une chose facile à avoir en décembre,
c'est du sang-froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eden-gakuen.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bégonias, orchidées et bigornos...[Sven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Cream School :: Archives :: Vieux RPs-