Sweet Cream School
Le forum est actuellement en construction, les inscriptions ne sont pour le moment pas permises alors revenez nous rendre visite plus tard! Merci d'avoir visité notre forum et à très bientôt sur Sweet!

Sweet Cream School

Forum Yaoi NC-17
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Drôle d'oiseaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Drôle d'oiseaux   Dim 17 Oct - 22:35

Ménomaru était vêtu d'une chemise avec une petite veste sans manche par dessus et détaché. Un pantalon propre et banal. Le tout de noir et de blanc. Ses cheveux était tressé cette journée là et il les porte fièrement devant lui sur son torse. Le jeune garçon portait un petit chapeau sur ça tête. Quelques bracelets aux poignets qui faisait un petit bruit métallique quand il marchait allait très bien avec le chant des oiseaux en tout genre d'ici. Effectivement, le jeune homme avait décidé de ce promener un peu, mais entre temps il se perdit et arriva dans ce paradis sur terre qui contenait des animaux à plumes magnifique de toutes les couleurs et formes. Des chants extraordinaire ce mélangeaient entre eux pour en faire un plus beau et harmonieux.

Sans regarder exactement où il allait, il contemplait le haut de l'endroit et essayait de voir tout les oiseaux qui pouvait être caché dans les petits recoins de l'endroit.

-De telle couleur sur mes chocolat serait magnifique. Sans conter des goût et saveur différente comme ses oiseaux magnifiques.

Tout heureux, il continuait à les regarder attentivement en s'amusant à leur donner une saveur à chaque.

-Ah fraise ! À lui il y à trop de saveur ha ! Ha !

Il riait en imaginant, sans penser être avec quelqu'un dans la même pièce. Pour lui il était seul au monde avec ses oiseaux qui étaient comme des anges dans ce paradis qui ce trouvait dans leur école.

-Qui aurait cru avoir un endroit semblable dans cette école, c'est vraiment magnifique.

Il ne pouvait arrêter de contempler les oiseaux et être simplement heureux d'être ici dans cette endroit magnifique et magique selon son imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Aristide Lackey

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Dans sa bulle

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Etudiant
Amoureux et en couple avec...: Moi même...
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Drôle d'oiseaux   Mar 30 Nov - 19:00

Un bruissement d'ailes.
Un instant le grattement des serres sur son bras se fit trop fort. Mais il ne dit rien, il ne tiqua même pas, se contentant de laisser son regard calme et plat rencontrer celui bien plus perçant de l'autre.
Il avait commencé par effleurer les plus petites bêtes, caressant du bout des doigts le plumage des êtres les plus craintifs avec un respect infini, avant de tourner ses pupilles vers des spécimens plus imposants.
Aristide aimait les oiseaux. Il les aimait pour leur liberté, bien sur, mais aussi pour leur allure.
Oh non il n'enviait pas leur capacité à voler, à planer avec légèreté, lui même aurait pu demander des ailes, des plumes et peut être même l'auréole d'un ange. On aurait su lui trouver, on aurait retourné ciel et terre pour satisfaire ses désirs et cela n'aurait plus eu aucun intérêt.
Quoi de plus triste que le premier rêve des hommes négligemment jeté à la poubelle par un môme lassé? Le monde de l'aristocrate n'était qu'un dégradé de gris ou plus rien n'avait d'importance, or il ne voulait pas gâcher, salir les dernières choses, les derniers restes de couleurs. Les derniers zestes d'émotions, de sensations que le monde offrait à son regard désabusé. Il ne lui fallait pas s'approprier les objets de son attention, sous peine qu'ils s'imprègnent du même goût fade que le reste de son existence.

Une énorme décharge, voilà à quoi aurait pu être comparée sa vie.
Une énorme décharge remplie de jouets neuf et brillants, de luxe et de dévotion à son encontre. Le faire vomir.

Un nouveau bruissement d'aile, alors que les deux se jaugeaient du regard.
Il plongea entièrement ses yeux dans les siens et la confrontation dura quelques minutes. Il n'existait plus rien, plus rien que lui et l'aigle. La majesté de l'oiseau contre la magnificence de l'aristocrate, qui bientôt plutôt que de lutter inutilement s'accordèrent. La posture de défi de l'animal royal s'affaissa légèrement et les yeux du brun perdirent leur froideur. Les longues mains pâles remontèrent sur son cou, et, docile, l'oiseau laissa sa tête aller contre son épaule, touchant presque le tissu de son luxueux vêtement.
On assistait à l'avènement officieux et au pacte silencieux de deux rois, la volière comme palais et les autres êtres ailés comme public, lorsque son nouveau compagnon hérissa ses plumes et battit brusquement des ailes, rompant le contrat silencieux.
Les serres sur la peau de son bras se resserrèrent brusquement, faisait couler quelques gouttes vermeil (et non bleues comme on aurait pu s'y attendre), mais il n'y prit pas garde, faisant volte face, ne gardant que son bras dans la cage.

Un cri rauque sortit du bec de l'animal alors que ses yeux étaient redevenu glacials pour contempler ce qui, ou plutôt qui, venait les déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Drôle d'oiseaux   Mar 30 Nov - 23:40

Menomaru avait du plaisir avec les être volant autour de lui. Tout en avançant et en croyant être seul dans ce petit coin de paradis céleste, il riait de bon coeur. Les oiseaux tournaient autour de lui, ceux qui avait le plus beau plumage et les plus belle couleur aussi. Certains volaient autour, d'autres jouaient avec ses cheveux en soulevant la tresse de celui-ci pour la faire virevolté un peu partout autour d'eux. D'autre s'accrochait à lui au niveau des bras et épaules. Quand il vit le jeune homme d'allure noble, il se sentit un peu stupide et pensa se cacher, mais à quoi bon l'homme en question l'avait déjà vu et le fixait avec un aigle qui le tenait bien fermement entre ses serres. Les joues qui prenaient une teinte rosé à cause de la gêne de déranger quelqu'un et de faire de telles simagrées devant lui aussi. Un oiseau, pour continuer l'embarra, ce posa sur sa tête et lava son plumage magnifique et chatoyant. Sans bouger le jeune homme au cheveux long fixa celui en face de lui le sourire aux lèvres, mais uniquement à cause de la gêne de ce qui ce passait ici. Des mots finirent par sortir de sa bouche.

-Je.. je me nome Ménomaru Aoi ! Enchanté !


Planté comme un piquait et sans rien dire maintenant, le regarda qui regardait la personne devant lui et qui se posa par la suite sur l'aigle qui poussait des cris. Quelques goûtes de sang coulait des serres de l'animal et instinctivement le jeune homme courut, ce qui fit partir les oiseaux de sur lui, il alla dans la direction de la cage et fixa la blessure sans savoir quoi faire exactement, il se pencha donc vers l'aigle et lui dit d'une voix douce et paisible.

-Lâche le tu lui fais mal ce n'est pas bien.

L'animal poussa un cri et fit battre ses ailes pour montrer son mécontentement. La tresse qui tomba sur le côté et le regard inquiet, Ménomaru essaya de faire comprendre qu'il était pas mauvais et qu'il était désolé d'interrompe quelque chose parce que l'atmosphère démontrait bien que quelque chose s'était passé avant qu'il ne les interrompe brusquement.

-Je suis vraiment désolé d'être arrivé ici comme ça, mais tu peux le lâcher je suis vraiment désolé, mais ce n'est pas une raison pour lui faire mal.

Soudainement l'oiseau lâcha prise et ce calme. Celui-ci comprit finalement que Ménomaru ne lui voulait pas de mal et les oiseaux autour de lui qui étaient revenu pour se poser sur lui encore une fois et jour avec ses cheveux surtout. Ils les adoraient. Le jeune homme les regarda de nouveau tout heureux de les revoir et de ne pas les avoir effrayés au point qu'ils ne veulent plus de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Aristide Lackey

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Dans sa bulle

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Etudiant
Amoureux et en couple avec...: Moi même...
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Drôle d'oiseaux   Dim 3 Avr - 13:52

Le silence se glissa entre les deux personnages et leurs amis ailés. Seul l'aigle rechignait à le laisser s'installer, poussant encore quelque cris bref.
Aristide laissa son regard glisser de haut en bas sur le garçon, critique et froid. Le genre de regard qui lui avait fait souvent fait la réputation d'un personnage hautain et juge. Ce qui n'était pas tout à fait faux. Il observa le sourire embarrassé étirer les coins de ses lèvres, ses joues rosir, et son attitude se faire de plus en plus tendue au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient, lourdes d'un reproche silencieux. Cependant, plus il regardait l'inconnu, plus il ne pouvait s'empêcher de le trouver... amusant. Oui, il avait ce côté gauche, un peu attendrissant, des gens qui savent qu'ils ont fait une bêtise mais qui ne savent pas comment la réparer... Ou des animaux estropiés que l'ont prend en pitié dans la rue, au choix. L'oiseau qui venait de se poser sur sa tête ne faisait rien pour amoindrir cette impression. L'aristocrate décidait qu'il n'était pas vraiment nuisible,ou du moins d'une nuisance supportable, à son espace vital lorsque ledit animal prit la parole.


-Je.. je me nome Ménomaru Aoi ! Enchanté !

Il n'avait aucun besoin de savoir son nom. A vrai dire, il s'en fichait complètement. C'était une réaction si banale que de s'annoncer en rencontrant quelqu'un d'inconnu. Le garçon fit un bond de deux crans sur l'échelle de nuisance personnelle d'Aristide... Avant de grimper subitement au sommet. Il venait de se précipiter sur lui.
Le brun n'eut pas le réflex de se pousser assez vite, et en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, Menamoru était sur lui. Il eu tout de même un mouvement de recul salvateur, empêchant son buste de rentrer en contact avec celui de la désormais affirmée nuisance.


-Lâche le tu lui fais mal ce n'est pas bien.

Son jugement se radoucit imperceptiblement en le voyant parler à l'oiseau. Tous les hommes ne s'abaissaient pas à dialoguer avec les animaux, beaucoup les considérant comme de simples bêtes sans cervelle. Si le jeune homme en était capable, il avait au moins une sensibilité qui manquait à bonne partie de la population de la planète. Malgré cette minuscule qualité, l'essai ne fut pas concluant et tout ce qu'il obtint fut une nouvelle manifestation bruyante du mécontentement de l'aigle et un peu de chaire en moins sur le bras d'Aristide.

-Je suis vraiment désolé d'être arrivé ici comme ça, mais tu peux le lâcher je suis vraiment désolé, mais ce n'est pas une raison pour lui faire mal.

Il commençait à perdre patience et allait faire s'éloigner Menamoru de la cage -et de lui même par la même occasion- quand l'oiseau obéit soudainement et se calma, libérant le bras de l'aristocrate qui avait gagné de jolies écorchures rouges, plus ou moins profondes. Il les considéra, pensif, jaugeant la douleur qui l'élançait comme supportable. Ce qui l'était moins par contre, c'était les trainées écarlates s'échappant des blessures et tachant son habit. Relevant la tête il observa les oiseaux revenus sur la nuisance plus ou moins salvatrice. Au moins de son bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Drôle d'oiseaux   Lun 4 Avr - 2:05

Menomaru remarqua l'air de l'homme avec lui et qui signifiait bien qu'il n'appréciait vraiment pas la présence de ce dernier, ce qui eut pour faire un peu de peine au jeune garçon qui ne comprenait pas vraiment le pourquoi il n'était pas apprécier ici. Une fois que l'aigle avait relâcher l'inconnue qui ne s'était pas présenté, le garçon au cheveux mauve remarqua une petite trainé de sang sur ce dernier à l'endroit où l'oiseau l'avait touché. Il fouilla alors dans ses poches, car il savait avoir une trousse de premier soin sur lui.

-Attendez j'ai... ah, mais je l'ai mit où ? ICI !

Une fois la petite boîte sortie, il regarda à l'intérieur pour voir s'il avait encore du désinfectant et des pansement pour soigner cette blessure. Il ne pouvait rien faire pour les vêtements et s'en excusait d'ailleurs parce qu'il ne savait pas comment enlever du sang de sur des tissus et encore moins quelque chose d'aussi cher et soyeux. Il observa bien l'homme devant lui et réalisa que aux vêtements qu'il avait sur le dos il devait être très riche ou même avoir un haut rang. Il recula un peu embarrassé et s'excusa de nouveau.

-Heu..je.. je suis désolé je..je pense que nous somme pas vraiment.. enfin bref. Si je peux vous soignez au moins ça sera déjà ça. Si je peux avoir votre main.


Il lui sourit alors gentiment en lui tendant sa main qui était douce et non rugueuse ou autre comme on aurait pu penser, surtout si on a des préjugé sur les gens qui ne sont pas vraiment de la haute société comme ce qu'il était lui. Avec ses économie il avait put se rendre ici, mais sinon il serait encore dans sa ville natale à se morfonde sur la carrière qu'il voulait et qu'il ne pouvait embrasser et mordre dedans à pleine bouche.

Le garçon attendait la réaction de la personne devant lui en espérant ne pas se faire retourner du revers de la main ou même critiquer pour une raison quelconque et stupide. Il savait être mal adroit et surtout avec les gens même s'il faisait de son mieux pour faire plaisir aux autres dans son entourage.
Revenir en haut Aller en bas
Aristide Lackey

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Dans sa bulle

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Etudiant
Amoureux et en couple avec...: Moi même...
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Drôle d'oiseaux   Dim 10 Avr - 18:19

Il n'y avait pas de «Pourquoi?», ou plutôt si quelqu'un avait posé la question il n'y aurait pas eu de réponse. L'homme enfant n'avait nul besoin de raison pour qu'il ne se montre distant envers autrui. Il continua de l'observer, posément, froide, presque trop. Il le regardait non pas comme un homme regarde l'un de ses semblables, mais comme un scientifique regarde une souris de laboratoire. Il ne compris pas tout de suite lorsque ladite souris se mit à s'agiter, se fouillant elle même et ses yeux se firent plus intéressés. Tout ce qu'il ne comprenait pas était synonyme de distraction. Au moins quelques secondes.

-Attendez j'ai... ah, mais je l'ai mit où ? ICI !

C'est une petite boite que Menamoru sortit finalement pour recommencer ses recherches à l'intérieur. Puis il leva les yeux sur lui, et le semblant d'intérêt qu'avait pu contracter Aristide pour lui s'éteignit comme une flamme sous la pluie. Il avait enfin compris que le brun et lui n'étaient pas du même monde. Un regard sur ses vêtements lui avait suffit, et le maintient de l'aristocrate ne démentait pas cette vérité. Le pas exécuté en arrière et l'embarras maintenant clairement visible du jeune homme étaient une réaction tellement banale... Il n'y avait plus qu'a s'en aller. La magie de sa communion improvisée avec l'aigle avait été brisée, l'endroit venait de perdre son charme avec l'entrée de l'intrus et il n'était qu'un misérable comme les autres, qui réagissait comme les autres. Aussi fade.

-Heu..je.. je suis désolé je..je pense que nous somme pas vraiment.. enfin bref. Si je peux vous soignez au moins ça sera déjà ça. Si je peux avoir votre main.

Aussi pathé.. un instant. Son regard qui s'était déjà dirigé vers la sortie revint lentement vers lui. Ça c'était tout de suite moins habituel. Ceux qu'il impressionnait n'osait pas ce genre de demande en général, il n'y avait que les brutes écervelées pour chercher à le toucher. En un instant, le garçon aux cheveux mauves avait réussit à changer l'humeur et les priorités d'Aristide. Lentement, sa main remonta vers la sienne et il l'a saisie doucement.
Il n'avait pas la moindre idée de ce que l'autre voulait faire, mais cela pouvait être amusant... ou du moins, distrayant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Drôle d'oiseaux   Dim 10 Avr - 19:32

Menomaru fit un sourire tout heureux avec un visage éluminé de bonheur que l'homme lui donne sa main. Il n'était pas obligé de le faire et surtout à son attitude il ne semblait pas vouloir que le garçon reste très longtemps avec lui. Malgré tout ça il sentait que le regarda de l'inconnue le regardant semblait plus à celui de quelqu'un qui voulait trouver quelque chose à faire comme les dieux qui regardent en bas pour trouver quelque chose de drôle ou distrayant pour un moment dans leur éternité. Ce qui pouvait rassurer ce dernier est que la personne devant lui n'était pas immortel et était tout aussi humain que lui ce qui les plaçaient sur un même niveau malgré leur famille qui était bien différente lui qui venait de quelque chose de bien banal et bourgeois à la limite. Une fois qu'il prit la main de celui-ci, il sorti du désinfectant pour le passer sur la blessure, mais juste avant il le regarda toujours avec son sourire joyeux et lui dit alors.

-Ça va piquer un peu je m'en excuse, mais ça ira mieux après.

Effectivement de l'alcool pour désinfecter n'est pas très agréable sur une plaie ouverte même minuscule. Il déposa alors le petit tampon d'alcool sur la blessure pour enlever toutes bactéries et autre et au finale sortir un pansement pour mettre sur celle-ci et terminé les premier soin qui n'était pas très long. Heureusement pour lui quelqu'un lui avait montrer comment soigner certaine blessure, ce qui était pratique vu sa maladresse. Il se plaça face à Aristide pour le fixer un moment et toujours tout aussi heureux que quand il reçu sa main.

-Voilà j'ai finit.


Par la suite il se demandait ce qu'il allait se passer. L'homme allait partir en le laissant là ou bien il allait tout faire pour qu'il parte ou sinon être froid comme depuis le début et le faire se sentir mal et partir en le laissant seul, même si ça semblait être ce qu'il voulait depuis qu'il était rentré ici. Le malaise se plaça de nouveau dans l'esprit de Menomaru. Il pencha la tête en rougissant un peu, il était gêné d'être avec quelqu'un du rang de ce dernier il en avait jamais vu avant. Il se gratta la tête et leva le regard pour lui demander avec un petit sourire nerveux.

-Heu.. je me suis présenté, mais je n'ai pas entendu votre nom.

Il mit ses mains devant et en panique il dit.

-Oh vous voulez peut-être pas me le dire rien ne vous obliges, mais heu... je...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drôle d'oiseaux   

Revenir en haut Aller en bas
 

Drôle d'oiseaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Cream School :: Archives :: Vieux RPs-