Sweet Cream School
Le forum est actuellement en construction, les inscriptions ne sont pour le moment pas permises alors revenez nous rendre visite plus tard! Merci d'avoir visité notre forum et à très bientôt sur Sweet!

Sweet Cream School

Forum Yaoi NC-17
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yasuo Ogai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Yasuo Ogai   Sam 16 Oct - 11:56

CARTE DU PERSONNAGE


    Provenance de votre avatar : Je n’en ai franchement aucune idée... La plupart des images que je possède ont été prises au hasard de mes pérégrinations sur le net, et je ne prend jamais le temps d’identifier avec exactitude la provenance de mes trouvailles =/ désolée ♥


    Général


      Nom : Ogai.
      Prénom : Yasuo.
      Anniversaire : 26 Janvier 1993.
      Âge : 18 ans.
      Nationalité : Sino-japonaise.
      Groupe :
      Niveau scolaire : Excellent.
      Niveau de perversité : En apparence, Yasuo ne semble pas être atteint d’un niveau quelconque de perversité. On pourrait même croire que cette notion lui est totalement inconnue. Il parait tellement froid et coincé que de premier abord, on ne pourrait lui confier qu’un A, voir un A- ! Mais il faut se méfier de l’eau qui dort. Ceux qui en disent le moins sont en général ceux qui en pensent le plus non ? Alors ce sera un joli B+ (ce n’est pas comme s’il connaissait tout sur tout non plus...) pour cette petite frimousse angélique.
      Surnom de bizu : Si vous ne souhaitez pas en prendre pour votre grade, il vaut tout simplement mieux ne pas en inventer, ou même penser à en créer un !


    Santé


      Allergie(s) : Yasuo se trouve être, bien malgré lui, allergique aux piqures d’abeilles (et accessoirement de bourdons). Sinon, il lui est aussi impossible de manger du poisson (bien triste vie pour un garçon japonais non ?).
      Créativité : Malgré son intelligence démesurée et son imagination débordante, Yasuo n’est pas au top niveau de la créativité, pour la simple et bonne raison qu’il n’utilise cette faculté que pour les mauvaises occasions. Enfin mauvaises... Elles ne le sont pas pour lui. Alors je pencherais pour un petit 6 sur 10.
      Quotient intellectuel : Le niveau intellectuel de Yasuo est qualifié d’exceptionnel. En effet, son QI atteint le nombre de 150, il est donc clair que ce jeune garçon peut être largement considéré comme surdoué.
      Fantasme(s) : Il n’en a aucun (ces temps-ci du moins), puisqu’il arrive toujours très bien à s’arranger pour les assouvir le plus rapidement possible, histoire de ne pas devenir comme ces personnes d’une perversité sans nom et qui ont accumulé à leurs dépends un compteur frustratif un peu trop conséquent. Il faut savoir vivre ses rêves...
      Peurs : Certainement à cause de la vie qu’il a mené jusqu’à présent, et les circonstances dans lesquelles il a été élevé (et bien d’autres facteurs encore), Yasuo a commencé à accumuler, depuis très petit, de nombreuses phobies dont il a encore aujourd’hui beaucoup de mal à se défaire. A titre d’exemple, je citerais son apiphobie, une peur justifiée (à cause de son allergie) des abeilles et tout autre insecte possédant un dard ou susceptible de le piquer. Vient ensuite sa spectaculaire brontophobie, une peur du tonnerre qui est en partit survenue à cause des très grosses et bruyantes disputes que ses parents ont souvent échangés. Après, Yasuo a également développé son ornitophobie : en fait, tout ce qui peut voler l’effraie en général, mais la taille de certains oiseaux l’a toujours sévèrement inquiété (voir angoissé). Puis, Yasuo se trouve être également atteint de technophobie. Bien que celle-ci soit légère, elle n’en reste pas moins un important frein dans sa vie de tous les jours.
      Manie : Du genre moqueur (très moqueur même), Yasuo a prit l’habitude de cacher la partie basse de son visage avec son ôgi (éventail japonais dont il ne se passe jamais) pour camoufler ses sourires mesquins et intempestifs. Ainsi, il évite de faire (ouvertement) du mal aux gens non.
      Lien avec la pâtisserie : Aucun en particulier. Yasuo s'est juste mit en tête que ce serait le seul domaine de compétences où il pourrait joindre l'utile à l'agréable. Il est plutôt gourmand à ses heures ♥


DESCRIPTION

      Description physique :


Yasuo possède une apparence typiquement japonaise, de la racine de ses cheveux jusqu’à sa façon très archaïque de s’habiller. Le fait est que Monsieur a été éduqué d’une façon très vieillotte et complètement hors du temps, et cela n’est vraiment pas difficile à remarquer. Il garde même des traces de cette instruction dans sa gestuelle gracieuse et polie, démontrant une certaine réserve évidente. Yasuo adopte des postures presque aristocratiques, se montre être d’une élégance et d’un raffinement bien rare pour les jeunes de sa génération. C’est une attitude qui peut gêner, ou au contraire fasciner.
Sinon, au niveau de sa physionomie générale, tout dans l’aspect du jeune garçon prouve une appartenance à un milieu aisé et où le respect ainsi que la meilleure présentation qui soit tiennent une place importance. Avec des cheveux noirs aux quelques reflets célestes et à la longueur inattendue pour un garçon, on peut dire que Yasuo passe difficilement inaperçu. Aussi pimpante soit-elle, la coupe du jeune Ogai surprend car elle n’est point adéquate à l’environnement dans lequel il évolue désormais. La chevelure de Yasuo n’en reste pourtant pas moins magnifique : lisse et soyeuse au possible, pour rien au monde quelqu’un oserait penser à la lui couper. Et de toute façon, pourquoi ferait-on une telle chose ? Ce n’est pas comme si cette jolie tignasse ne dérangeât l’intéressé, et, les rares fois où cela semblerait être le cas, Yasuo n’hésite pas à nouer d’un ruban rouge cette charmante coiffure dont-il prend le plus grand soin. Les yeux de notre protagoniste sont, pour leur part, d’une simplicité troublante, mais avec malgré tout un quelque chose d’attirant. Le noisette de ses pupilles est totalement banal, la finesse de ses paupières et l’aspect gracieux de ces cils n’attire pas forcément la curiosité, mais le regard espiègle que semble toujours porter Yasuo ne peut pour sa part pas laisser insensible. Ensuite, plus bas, et sous un petit nez fichtrement bien dessiné, l’on découvre une bouche aux lèvres minces, à peine rosées, dans des tons plutôt pêches, qui se trouvent êtres souvent étirées en un léger rictus moqueur et dénotant un soupçon de supériorité contre lequel Yasuo ne cherche pas à se battre, tout au plus, il s’est décidé depuis peu à tenter de le cacher après avoir reçu quelques réprimandes de gens qui lui était proches. Vient ensuite, rattaché à ce visage ravissant et à la pâleur bénigne, un corps immanquablement bien proportionné. Bien qu’il ne soit ni musclé, ni aussi grand qu’il le devrait, Yasuo n’a rien à envier à personne. Son petit mètre soixante-quatre ne représente pas un quelconque handicap pour lui, pas plus que ses maigres quarante-huit kilos qui lui offrent d’afficher une silhouette mince et délicate, accentuant ainsi son charme naturel et son avenante gracieuseté gestuelle.
Enfin, pour habiller ce corps plaisant, la question n’est pas des plus compliquées. Toujours et en toutes occasions (fêtes, sorties en ville, école, journées passées à la maison, etc...) Yasuo portera l’un de ses nombreux yukata ou kimono aux couleurs et motifs divers et variés. Il trouve que ces vêtements sont d’une beauté sans nom, bien plus élégants que n’importe quel habit de mode qui jonche les boutiques de nos jours. A vrai dire, le garçon serait capable de faire une seule et unique exception dans son style vestimentaire, mais celle-ci ne sera pas vraiment des plus spectaculaires ! En effet, la seule fois où Yasuo est capable de porter autre chose que ses uniformes traditionnels, c’est lors de ses activités sportives, moments pendant lesquels il enfilera un hakama (accoutrement tout aussi traditionnel en fin de compte ;D)... Parce qu’il faut savoir rester distingué peu importe ce que l’on fait !

      Description mentale :


En tout premier lieu, sont à proscrire les notions de gentillesse et de compassion (on peut lui inspirer que de la pitié...). Je ne dirais pas pour autant que Yasuo est quelqu’un de méchant et sans cœur, bien évidemment que non, il sait se montrer aimable (ou en tout cas très respectueux), mais seulement par la force des choses. S’entendre avec tout le monde n’est pas sa priorité initiale, tout comme il n’aspire pas à s’attirer les bonnes grâces des gens qui l’entourent au quotidien. Il ne se complait pas forcément dans la solitude d’ailleurs, mais aime à sentir que le cercle des gens qui lui sont proches resta très restreint. Pour ces gens-là, Yasuo acceptera à quelques conditions de faire des concessions, sera susceptible de se montrer plus ou moins agréable au quotidien, plus loquace et réceptif aux autres en tout cas. Mais pour le reste de la population, son attrait est fortement réduit. Les gens ne l’intéressent que très peu, à moins qu’ils ne décèlent chez eux une particularité qui mérita toute son attention ou qui éveillerait un tant soit peu sa maigre curiosité. Oui, maigre, car voyez-vous, Yasuo, malgré son jeune âge, a l’impression de déjà tout savoir et connaître de notre monde. Son intelligence colossale lui a forgé un sentiment de supériorité qui ne cesse de secouer son esprit, entrainant ainsi de très fortes et fréquentes périodes d’ennui assommantes. Et pour Yasuo, la socialisation ne peut en aucun cas être un facteur attrayant pour se libérer de tels moments d’agacements. Il n’est pourtant pas impossible de le distraire ! Comme la plupart des autres personnes, Yasuo apprécie qu’on le fasse rire (ou du moins pouffer avec politesse xD), il trouve aussi agréable de pouvoir parler de choses fascinantes devant une tasse de thé, de jouer à quelques jeux dignes de stimuler son cortex cérébral déjà bien accompli ou se laisser tenter par une sortie quelle qu’elle soit si celle-ci puisse lui apporter un minimum d’amusement ou d’utilité. Mais pour trouver un domaine capable de le sortir de sa lassitude usuelle, il faut en général être tout aussi intelligent que lui, ou alors d’une imagination et d’un génie remarquable ou inhabituel. Sans compter que la nouveauté peut être une chose qui rebute Yasuo, notamment tout ce qui attrait à la technologie (ce qui supprime un grand terrain d’actions aux vues du siècle dans lequel nous évoluons). Ainsi, Yasuo s’est acclimaté à son esprit compliqué et hautement tarabiscoté. Ce qui a également fait naître chez lui de fortes humeurs capricieuses qui sont incroyablement difficiles à satisfaire, et qui le font se fâcher tout rouge pour un oui ou pour un non ! Et quand Yasuo est en colère, il ne s’en cache pas, devenant franchement désagréable et puéril (notamment quand il joue la carte de l’enfant boudeur). Pour le calmer ou le raisonner par la suite, les choses s’en trouvent être encore plus ardues, et en général, les gens qui le connaissent que trop bien optent pour la facilité : laisser faire, et attendre que Monsieur ne se décide à pardonner, ou plutôt à se faire pardonner, ce qui n’est point aussi complexe étant donné le faible niveau de rancœur qu’est capable de contenir Yasuo. Bien que parfois, les excuses ne puissent pas toujours fonctionner (pas dans les deux sens en tout cas), car le garçon peut se montrer vraiment très blessant envers autrui. Il n’y peut rien : il parle trop, et avec franchise. Il a inutilement tendance à se moquer de tout et tout le monde, prend un malin plaisir à tourner les gens ou les choses en dérision et se complet de façon totale et malsaine dans son espièglerie pratiquement malveillante. Il lui arrive de tenter de modérer ses instincts perfidement sarcastiques, mais cette tâche lui est encore plus épineuse que d’essayer d’effacer de son visage ses airs arrogants et taquins. Alors que dire, quoi faire en sa présence ? Allez savoir... La seule chose que je sais, c’est qu’il faudra vous armer de patience et d’impassibilité pour réussir à ne serait-ce que le déstabiliser avec parcimonie.

      Biographie :


« Une école de pâtisserie ? On ne me l’avait jamais faîtes celle-là, tu dis que des conneries, franchement... Surdoué tu parles, je pense qu’on devrait t’interner ! »

Je regardais l’individu qui venait de me balancer ces mots avec un sourire demi-amusé, demi-méprisant. Il ne changerait jamais, toujours aussi désagréable et grossier... Comment quelqu’un d’aussi irrespectueux et dénué de savoir vivre pouvait-il être mon frère ? Je me le demandais sincèrement alors que je tentais vainement de cacher le fait que je fus très vexé par ces propos. Agilement, je décidais de sortir mon ôgi de mon kimono et l’ouvrit pour le placer devant mes lèvres. Les joues légèrement teintées de rouge, signe d’une colère naissante, je plissais les yeux en observant ma seule et unique figure fraternelle. J’avais le sentiment que cette discussion allait dégénérer, mais il était la seule personne à qui je pouvais me confier pour l’instant. Si finalement, mon projet était approuvé par ses soins, ce serait du gâteau de faire céder mes deux parents.

« Tu ne comprends pas, c’est l’un des rares domaines que je n’ai pas encore exploité et que je puisse trouver un tant soit peu digne d’intérêt. Je pense avoir le droit de faire ce choix, aussi bizarre ou stupide soit-il, pour la simple et bonne raison que vous, père et mère me devait ce service. Depuis que je suis né, je ne vis que pour être selon l’image parfaite que vous attendez de moi. Je possède une intelligence irréprochable, je me suis toujours montré incroyablement respectueux à votre égard ainsi qu’à l’égard des gens qui nous ont entourés. J’ai, depuis tout petit, suivis un parcours scolaire et social tout bonnement parfait. J’ai fréquenté les écoles de renoms que vous aviez choisis pour moi, je me suis lié avec des personnes dont vous étiez persuadés que, dans un avenir proche, nous pourrions tirer profit et ainsi aider à accroitre l’importance de notre famille aussi bien économiquement qu’au niveau de notre réputation. Toutes les activités que j’ai effectué à ce jour, que ce soit le piano et le violon alors que j’avais à peine cinq ans, les heures passées devant les livres et leçons particulières de sciences et de culture, ainsi que les langues étrangères quand j’eus atteint le collège, et enfin les clubs de kyudo et de kendo que j’ai suivi assidument et où j’ai excellé lors de mes années lycéennes. Tout ceci, et encore tellement plus... Cela fait dix-huit ans que dans notre demeure ou à l’extérieur, je ne suis qu’une poupée obéissante entre vos mains, et cela sans la moindre objection. J’ai fais de vos ordres une priorité, négligeant une vie sociale qui aurait pu m’être propre, me refusant à faire mes choix et ne pensant même pas ne serait-ce qu’une seule fois à avoir des décisions qui pourraient aller à l’encontre de vos attentes. Je suis un garçon exemplaire, père et mère le savent bien, et vous aussi. Vous n’auriez en aucun cas pu espérer mieux d’une descendance... »

Ce discours était ô combien vrai, et j’espérais lui avoir fait entendre raison. Son visage paraissait pourtant sceptique, et je lisais chez lui une certaine surprise, bien qu’il afficha un air pensif. A quoi pouvait-il bien réfléchir ? A me donner ma chance certainement ? Il était vrai que le domaine que j’avais choisis était spécial, mais vital. Je devais améliorer ma créativité, seule chose qui manquait à ma panoplie de premier de la classe. Un manque cruel d’inventivité et d’inspiration qui m’aiderait dans des projets futurs. Et puis, ce serait une occasion de voler enfin de mes propres ailes. Avoir une vie dictée de A à Z ne me dérangeait pas, mais mon bon sens et ma logique me faisait comprendre que ça ne pouvait durer éternellement... Grand Dieu non, ce serait vraiment quelque chose de plus en plus pitoyable au fils des années. D’ailleurs, mon frère, lui, n’avait jamais suivit un parcours aussi talentueux. Non, lui, il était plutôt du genre à n’en faire qu’à sa tête, assouvissant le moindre de ses désirs sans compter sur l’avis des uns et des autres. J’avais aussi une part de cette attitude en moi, mais elle ne concernait qu’un élément restreint de ma vie, et totalement privé... Plongé dans mes pensées, j’en fus bientôt arraché par les dires de mon grand frère :

« Détrompes-toi. On avait espéré beaucoup mieux qu’un simple instrument. Je suis personnellement déçu d’avoir eut un robot en guise de frangin. »

Je restais bouche-bée face à cette déclaration, laissant tomber par mégarde mon ôgi qui n’était plus là pour masquer mon humeur désormais. La bouche entrouverte, mon cerveau s’était complètement vidé à la seconde même où ces douloureuses paroles m’avaient atteint. Mon cœur s’était serré comme jamais, et je ne fus pas étonné de sentir quelques larmes silencieuses se faufiler sur mes joues. Voyant le sourire qu’affichait alors mon fraternel, je baissais la tête, honteux, mordant ma lèvre inférieure, me maudissant d’oser montrer une telle faiblesse. Ca n’aiderait en rien à faire accepter ma décision qui désormais était le dernier de mes soucis. Je me penchais alors pour récupérer mon ôgi, mais Issei fut plus rapide que moi. Il attrapa l’éventail, se redressa et, posant l’objet sur le sommet de mon crâne, il ajouta :

« Tu vois, c’est facile d’être humain et de se laisser aller parfois. C’est dommage que tu ne le découvres que maintenant. Mais... Certainement que cette école pourra t’aider. Dans un lieu inconnu, et loin de cette maison luxueuse et bien trop à cheval sur la discipline, je pense que tu pourras enfin avancer... Les parents ne pourront t’empêcher de partir si je le leur demande, alors tu devrais faire ta valise. »

J’essuyais péniblement mes yeux, à demi content qu’Issei est accepté ma requête, mais encore perturbé par la dureté de ses précédents propos. Mais ça n’était que le reflet de la méchanceté dont je pouvais faire preuve moi aussi parfois, alors je ne pouvais pas lui en tenir rigueur plus que ça. Je murmurais un vague « merci », essayant de ne pas trahir les quelques sanglots qui persistaient dans ma voix, puis, attrapant mon ôgi, je partais presque en courant, sans demander mon reste. Après quelques mètres, je me retrouvais dans ma chambre où je me hâtais à rejoindre mon lit pour m’y assoir et souffler un peu. Une fois calmé, je regardais autour de moi, puis me levais pour aller me placer devant la fenêtre. Les yeux fixement posés sur l’extérieur, je balayais les lieux d’un regard, observant sans un quelconque sentiment de tristesse ou de regret ce qui avait fait ma vie. Cette demeure au clinquant et aux dorures abusives, cet aspect richissime qui inspirait aux passants de bons sentiments respectueux ou une haine certainement compréhensible. C’est dans ce cadre que j’avais grandis, et je me rendais compte que peut-être, ce cadre ne convenait pas à mes attentes. Bien que l’argent puisse assouvir les besoins que me dictaient mon intelligence, il devait exister un autre moyen de combler cette immense curiosité non ? Une chose était certaine, je plaçais beaucoup d’espoir en cette Sweet Cream School pour appuyer cette nouvelle théorie de la vie.

QUESTIONNAIRE

  1. Pour vous, que représente le chaperon rouge et le grand méchant loup ?
    Citation :
    Un grand chef d’œuvre de la littérature. Moi qui adore les contes, j’ai dévoré celui-ci avec grande attention. Je pourrais vous en faire l’éloge des heures durant, tellement je trouve surprenant le fait que la naïveté et la bêtise finissent toujours par l’emporter sur la sournoiserie, mais bon... J’aurais peur de vous ennuyer, et que vous n’arriviez guère à suivre mes propos.
  2. Pour vous, la luxure est-elle un péché ? En quoi le serait-elle ?
    Citation :
    Ce n’est qu’un simple besoin humain, auquel il ne faut pas s’empêcher de répondre. Les péchés sont nombreux dans la vie, mais ils ne sont certainement pas ceux que l’ont croit. Je ne vois pas pourquoi l’homme retiendrait son désir charnel : la frustration n’a rien de bon vous savez ? Quoique, dans certaines situations... Enfin, aucune importance, cette question était complètement stupide étant donné que sa réponse était visiblement évidente !
  3. Quel est le meilleur dessert que la terre ait jamais porté ?
    Citation :
    Les brownies aux éclats de pistaches, assurément. Je n’ai malgré tout pas souvent l’occasion d’en manger...
  4. Selon vous, avec quoi rime l'innocence ?
    Citation :
    Une importante et cruelle ignorance. Les personnes faisant preuve de tant de candeur et de crédulité me donnent en général froid dans le dos, en plus de m'inspirer un infime sentiment de pitié...
  5. Quel est votre définition de l'érotisme? Ou pour vous qu'est ce que l'amour ?
    Citation :
    Deux sujets sur lesquels je ne compte pas m’étaler avec n’importe qui... Venez me voir un de ces jours, si je suis d’humeur folâtre, je vous l'apprendrez !

  6. Répondez à la question : Si C-H-O-C-O-L-A-T = 8… Et si L-A-N-G-U-E = 6 alors S-E-X-E = ?
    Citation :
    Depuis quand mêlent-ont des chiffres et des lettres ensemble dans pareils calculs ? Cela vous amuse de renverser mes théories mathématiques ? En tout cas, la logique voudrait que je vous réponde « 4 », mais je préfère mettre la logique de côté aujourd’hui. Ma vraie réponse contiendrait un nombre infini, et donc impossible à déterminer, car le sexe, ce n’est pas simplement du bon chocolat chaud et liquide à étaler sur son corps, ni la douceur d’une langue humide qui viendrait parcourir celui-ci... Le sexe ne peut se résumer à si peu, grand Dieu, heureusement que non ! No limit ♥
  7. Lit double ou lit simple ?
    Citation :
    Que vous dire ? J’ai toujours dormi sur un futon unique... Mais peu importe l’endroit ou le confort, on trouvera toujours assez de place pour loger deux corps brûlants de désir.
  8. Quel est le phénomène qui touche les hommes au réveil, le matin ?
    Citation :
    Un étalage particulièrement abondant de mauvaise humeur, et l’envie irrésistible d’aller aux toilettes, n’est-ce pas ?
  9. Quel titre donne-t-on à un élève d'un niveau supérieur à soi au Japon ?
    Citation :
    Senpai... Vous pensez que je suis sot où vous le faîtes exprès ?
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Macfear
Admin
avatar

Messages : 601
Date d'inscription : 15/11/2009
Age : 37
Localisation : A toi de deviner...

Feuille de personnage
Profession de votre personnage: Bibliothécaire
Amoureux et en couple avec...: Personne et tout le monde?
Caractère (résumé):

MessageSujet: Re: Yasuo Ogai   Sam 16 Oct - 17:36

Très belle fiche, pas d'imperfection (ou presque) , l'orthographe est soignée, le style bien choisi.... En bref, je ne peux que te valider avec grand plaisir!

Je te souhaite donc de bien t'amuser parmi nous et surtout bon rp à toi!


P.S.: au vu de tes capacités intellectuelles et de ton caractère, tu est donc un étudiant B.


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Yasuo Ogai   Sam 16 Oct - 17:53

Alors, encore une fois (et oui xD), un grand merci =D Je suis contente de faire partie intégrante de ce forum, je sens que je vais bien m'y amuser =)

Je te remercie également (décidemment, c'est la première fois de ma vie que je remercie autant quelqu'un) pour avoir complimenté ma fiche, ça me touche beaucoup ♥

Et aussi merci à tout le staff de m'avoir permit de rester =D Bref, je m'arrête là sinon en va croire qu'à part remercier les gens, je ne sais rien faire d'autre =O
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yasuo Ogai   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yasuo Ogai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Cream School :: Archives :: Vieilles demandes-